Présentation

  • : Le blog de philippe bondaz
  • philib
  • : Un blog dédié à ma Liberté de photographier tout ce qui m'entoure, la nature, la faune, la flore, mais aussi la montgolfière et le parapente, ainsi que l'Italie, la Bourgogne et ma ville Dijon. Et puis tout le reste... Bienvenue dans cette liberté photographique.
  • Recommander ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Images Aléatoires

Calendrier

Décembre 2009
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>
Lundi 2 novembre 2009 1 02 /11 /2009 16:21
Bonjour à tous,
Un grand merci pour vos visites et commentaires, je vous souhaite une agréable semaine.

Notre-Dame de Dijon
---

Je voulais vous parlez et vous montrez notre Notre-dame à nous, Dijonnais ...

L’église Notre-Dame de Dijon, considérée comme un chef-d'œuvre d'architecture gothique du XIII siècle.
Notre-Dame étant située au milieu d'un quartier populaire, le mien !
Aujourd'hui je vous présente le Jacquemart.
Cette horloge comporte quatre automates métalliques dont deux, nommés Jacquemart et Jacqueline,
sonnent les heures avec un marteau sur une grosse cloche, les deux autres automates,
leurs "enfants" Jacquelinet et Jacquelinette, frappant de quart d'heure en quart d'heure, chacun sur une petite cloche.



Notre-Dame de Dijon

L'automate Jacquemart et la grosse cloche ont été ramenés de Courtrai, en Belgique, après le pillage de la ville par les armées de Philippe le Hardi en 1382.
Les Dijonnais se cotisèrent pour placer, en 1383, l'horloge et l'automate sur l'amorce de la tourelle sud de la façade occidentale de l'église Notre-Dame.
La cloche, refondue à Dijon, reçut le prénom de sa marraine, la duchesse Marguerite de Flandre.



Notre-Dame de Dijon

Un second automate, figurant une femme, fut ajouté en 1651 à droite du campanile, pour sonner les heures alternativement avec Jacquemart. Les Dijonnais l'appelèrent Jacqueline.
En 1714 ou peu après, à la suite d'une requête du poète local Aimé Piron, un enfant automate fut adjoint au couple pour sonner les demi-heures. Les Dijonnais le nommèrent Jacquelinet.
En 1884, et non en 1881 ou en 1885, fut ajoutée Jacquelinette, qui frappe les quarts d'heure avec son frère.



Notre-Dame de Dijon

Album Dijon :  ici

La suite bientôt... 
                                Bonne soirée...
Publié dans : Cathédrales - Eglises - Communauté : Les photographes - Par philib
Ecrire un commentaire - Recommander - Voir les 41 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés